Abraham Sorrell (3)—Le recensement américain de 1850 pour Ferrisburgh ne dit pas tout

vermont 2016 fre

Abraham Sorrell, décédé des suites des blessures subies lors de la bataille de Wilderness durant la Guerre civile en mai 1864, s’est marié trois fois. Son dossier de guerre civile nous brosse un portrait inestimable des gens qui vivaient à Ferrisburgh en 1850 et au-delà.

Maintenant que vous avez pris connaissance du témoignage laissé par sa première femme, Eliza Sears, et sa deuxième, Eliza Carpenter, lisons maintenant celui de la soeur d’Eliza Carpenter, Catherine Palmer, et voyons ce qu’elle a à dire sur nos deux tourtereaux.

À la conclusion de cette série, je publierai une courte biographie de chaque personne concernée par cette histoire. Bonne lecture!


En ce trentième jour de septembre 1881, à Vergennes, comté d’Addison, État du Vermont, devant moi, Wm Hutchinson, agent spécial du Bureau des pensions, a comparu personnellement Catharine J. Palmer, qui, étant dûment assermentée par moi, tel que requis par la loi, déclare qu’elle est âgée de 41 ans, qu’elle réside à Vergennes, comté d’Addison, État du Vermont, et qu’elle est la soeur d’Eliza Ayers qui fut autrefois l’épouse d’Abram Sorrell, un soldat de la Co. B 5e Régiment des volontaires du Vermont, et que leur nom de jeune fille était Carpenter. La déposante se souvient très bien du mariage d’Eliza — à l’époque, elle travaillait pour le Dr Cole, ici dans cette ville. Elle est aussitôt partie pour Ferrisburg en compagnie de Sorrell pour s’y établir parmi les proches de ce dernier, à un endroit qu’on appelait Ferrisburg hollow. Le premier hiver, ils ont habité avec le père et la mère dudit Sorrell — puis l’été suivant, ils ont tenu maison au même endroit. À l’automne et à l’hiver suivants, ils ont déménagé dans le coin à environ un mille de Vergennes — et au printemps, ils ont cassé maison et ont déménagé ici à Vergennes. Ils y ont vécu avec son frère Michael Sorrell — une rue derrière le bloc d’Hiram Adams — comme locataires. Ils ont vécu dans cette situation durant pas moins de deux ans, mais la déposante ne peut fournir de dates précises pour aucun de ces événements — elle se souvient seulement qu’il vivait à Vergennes depuis peu quand la rébellion a éclaté. Il vivait donc avec son frère Mike — quand il est parti pour l’armée alors que sa femme Eliza a continué à vivre là toute seule après que ledit Sorrell fut parti pour l’armée. Le temps d’une permission, quelque neuf mois après s’être enrôlé, il est revenu à la maison puis il est allé habiter avec elle, chez son frère Mike. Ce fut la dernière fois que sa femme et la déposante le virent.

La déposante est incapable de fournir quelque information que ce soit sur le passé de Sorrell — étant donné qu’elle ne l’a vu qu’après le mariage, et elle ne saurait dire dans quelle mesure sa famille était au courant de sa vie antérieure. Elle-même était trop jeune à l’époque pour savoir quoi que ce soit sur ce genre de choses; cependant, elle se souvient très bien de ce qu’elle savait, et ce sur quoi elle témoigne aujourd’hui.

La mère de la déposante non plus ne sait rien à propos de la vie dudit Sorrell avant son entrée dans la famille de par son mariage, la déposante l’ayant souvent entendue le dire. Personne de sa famille n’était au courant que Sorrell avait une autre épouse, toujours en vie, quand il a épousé Eliza Carpenter. Eliza elle-même ne l’a appris qu’aux environs de l’été suivant bien qu’elle vivait avec ses parents — ils n’ont rien dit au sujet de la première épouse — Sears, et elle — Eliza Sears vivait aussi près de chez eux, à la même époque. La déposante est certaine qu’aucune des parties n’a demandé ou accordé le divorce. C’est comme ça que tous en parlaient. La déposante a entendu Sorrell dire qu’il avait épousé Eliza Sears seulement parce qu’il y avait été obligé — qu’ils ont profité de lui alors qu’il était mineur — qu’il était âgé d’à peine quinze ans au moment du mariage, qu’il n’était donc pas légalement marié et qu’il n’avait pas vécu avec elle de toute façon. La déposante a entendu Sorrell et sa femme en parler.

La déposante affirme qu’il n’y a jamais eu d’acrimonie entre Sorrell et sa soeur Eliza; la dernière fois qu’il l’a vue, durant sa permission, ils s’entendaient bien et il avait tout à fait l’intention de reprendre la vie commune, et elle ne se doutait pas à ce moment-là qu’il puisse avoir épousé une autre femme après elle.

Il partait quelquefois pendant environ un mois, prétendant s’absenter pour aller travailler — et c’est ce qu’il aurait pu faire juste avant de s’enrôler. Il avait l’habitude de boire parfois, et quand ça arrivait, il ne savait pas trop ce qu’il faisait. C’est peut-être dans un de ces moments-là qu’ils l’ont incité à épouser Eliza Sears. La déposante l’a entendu l’affirmer lui-même. Mme Sears ne s’est jamais approchée de qui que ce soit de la famille de la déposante, et n’a jamais dit un mot au sujet de Sorrell jusqu’à sa mort, et elle a alors pensé qu’elle pourrait obtenir une pension.

et elle déclare en outre n’avoir aucun intérêt, direct ou indirect, dans la réclamation des enfants mineurs d’Abram Sorrell pour l’obtention d’une pension; et n’ajoute rien de plus.

Madame Catherine Palmer, déposante

Déclaré sous serment devant moi ce 30e jour de sept. 1881, et je certifie que le contenu des présentes a été porté en entier à la connaissance de la déposante avant qu’elle n’y appose sa signature.

Wm Hutchinson, agent exa. spécial


♥ Un remerciement bien senti à Danielle Tourville pour la transcription et la traduction des documents.

♦ Pour en savoir plus sur mon Projet Vermont, c’est par ici!

Une réflexion au sujet de « Abraham Sorrell (3)—Le recensement américain de 1850 pour Ferrisburgh ne dit pas tout »

  1. Ping : Abraham Sorrell(5)—What the 1850 US Census for Ferrisburgh Doesn’t Tell | Genealogy on my Mind

Les commentaires sont fermés.